hamac aux histoires

Un choix d’amour

Faire un choix, c’est renoncer. renoncer à une projection, une part de rêve, un bout de soi-même.

C’est accepter de remettre à plus tard. Laisser filer un chemin et en prendre un autre. Les deux se retrouveront ailleurs, plus tard. Etre là aujourd’hui pour ceux qu’on aime et qui ont un vrai besoin de nous, parce que c’est ce qui compte.

Et alors savoir pourquoi on fait ce choix. Ne pas l’oublier, ne jamais l’oublier.

Une petite histoire ci-jointe pour accompagner cette réflexion :

Merci à Marie-Laure, Pascale et Gaëlle pour l’inspiration 😊

hamac aux histoires

Et hop !

Ouh là ! Oups ! Hop ! Je saute, je file, je saute, je suis mon chemin, rien ne peut m’arrêter. Hop ! Je saute, je file ! Je vais toujours plus vite, plus haut !

Tiens un lapin ! Je le suis sur le chemin. Il bondit, je bondis. Nous sautons par dessus les fleurs, les cailloux.

Et maintenant un kangourou. Je saute avec lui, toujours plus haut ! Plus je saute haut, plus je grandis !

Et je vois ce que voient les adultes, de leur monde d’en haut. Avec leurs grands yeux d’adulte, tout parait plus petit : les fleurs, les flaques d’eau, les haricots verts.

Je saute maintenant plus haut que les adultes. Je suis plus grand qu’eux. Je voudrais toucher les nuages.

Hop ! Je saute, je file, je saute toujours plus haut ! Aussi haut que les nuages ! C’est alors qu’une branche d’arbre m’attrape par la capuche.

« Pourquoi sautes-tu comme ça ? me demande l’arbre.

_ Je veux grandir, je veux être grand come les adultes, je ne veux plus être petit.

_ Pourquoi ne veux – tu plus être petit ?

_ J’ai envie de savoir, de bouger où je veux, de découvrir de nouveaux horizons, de connaître tout sur tout, de faire ce que je veux !

_ Tu découvriras rapidement que les adultes ne font pas tout ce qu’ils veulent. Eux aussi ont des lois et des contraintes, ils les choisissent plus ou moins, mais elles guident leurs pas. Ne préfères-tu pas ton insouciance d’enfant ?

_ Ce n’est pas faut.

_ En grandissant tu découvriras chaque année de nouveaux horizons, de nouveaux copains, une nouvelle maîtresse, une nouvelle école. Chaque année ta vie sera un nouveau voyage. Ne veux – tu pas voyager au rythme de la vie ?

_ C’est juste.

_ Les adultes ne savent pas tout, ne connaissent pas tout sur tout. On apprend toujours, cela ne s’arrête jamais. Tout au long de ta vie, ta pensée va évoluer. Ne veux – tu pas prendre le temps d’apprendre vraiment et patiemment ?

_ C’est vrai aussi.

_ Prends le temps. La vie est un long voyage. Ne cherche pas à aller trop vite, tu risquerais de passer à côté des merveilleux trésors que peut t’offrir la vie. »

Alors l’arbre me dépose doucement sur le sol.

Je le remercie, et je reprends mon chemin. Je marche, je sautille, je m’arrête pour observer, je repars. Je marche, je sautille en regardant les merveilles de la nature et de la vie avec mes yeux d’enfants.

(Pour Florian et les enfants papillons dans une salle de classe)

hamac aux histoires

Au fil de l’eau

Matin de printemps. Les branches roses du cerisier du Japon, dansent devant ma fenêtre ouverte. Les rayons de soleil, les parfums des fleurs viennent me dire qu’il est temps de partir en voyage. Mon baluchon est prêt depuis longtemps. J’attendais le bon moment, et c’est ce matin.

Je grimpe dans la barque qui patientait sur la rive au fond du jardin. Je saisis les rames et m’élance. Cela secoue un peu au départ, le temps de trouver mon équilibre, une fois à gauche, une fois à droite ; suivre le courant accélérer, ralentir au gré de l’eau, se laisser porter , toujours en équilibre. L’onde s’apaise, se laisser glisser et trouver la paix, la sérénité.

Au bord de l’eau, sur la rive , se tient une petite fille qui me regarde. Comme si elle m’attendait. Je m’approche, elle monte dans la barque, sans rien dire. Elle s’assoit, me tournant le dos, face au paysage, en silence. Peut-être s’est-elle perdue, peut-être cherche-t-elle sa mère ?

Nous voguons au fil de l’eau, et je lui montre les beautés du paysage, là un arbre en fleur, ici un château médiéval, tantôt une cascade, par là un rocher monstrueux. Elle observe, les yeux grands ouverts. Et nous flottons au gré des merveilles alentours. Sa bouche reste fermée, mais ses yeux sourient émerveillés.

Je lui propose alors de se retrouver de temps en temps pour écrire des histoires avec elle. D’un coup, elle se retourne, me fixe droit dans les yeux, et ses mots sortent :  » C’est vrai, tu ferais ça pour moi ? » Tout son visage rayonne. Je lui prêterai du temps et ma main, elle me donnera des idées, des histoires sur tout ce qu’elle voit. Elle sourit quand je la dépose devant son jardin au bord de l’eau. Je vais continuer mon voyage. Mais je reviendrai souvent m’asseoir sur un rocher, un cahier à la main, pour écrire, avec elle, nos histoires.

hamac aux histoires

Le départ

Ils sont partis hier soir. Je savais qu’ils devraient partir un jour, c’est dans l’ordre des choses de la vie. Je m’y étais préparée, nous en avons beaucoup discuté. C’est le choix de mes enfants et ils sont grands maintenant.

Pourtant, quand ils ont franchi les portes de la maison, j’avais une grosse boule dans le ventre. J’aurais aimé les retenir, les garder encore un peu, vieillir auprès d’eux jusqu’à l’arrivée d’éventuels petits enfants. Mais ma maison est trop petite, je dois libérer les chambres.

C’est en famille que nous avons choisi leur nouvel hébergement. Je sais qu’ils sont attendus ailleurs. Qu’on va bien prendre soin d’eux.

Je les regarde partir avec une certaine émotion. Une page se tourne.

Au-revoir les playmobils et M. Patate.

hamac aux histoires

Chez Paul

Elle est là, assise face à la mer. Des heures déjà qu’elle se tient dans la même position. Elle n’a pas bougé. Assise à même le sol, contre un rocher, les genoux repliés contre sa poitrine, sa tête reposant dessus. Elle fixe la mer.

J’habite une maisonnette donnant directement sur le chemin des douaniers sur la côte nord bretonne. Ma maison d’un côté du chemin, elle de l’autre, assise entre la mer et moi.

Des heures déjà. Mais pourquoi ? Comment peut-on rester là aussi longtemps ? Qu’est-ce qui pousse une personne à s’arrêter ainsi ? Un défi ? Un stage individualisé de médiation ? N’a-t-elle pas une vie qui l’attend quelque part ?

Le jour décline, elle ne bouge pas.

Je décide de m’approcher doucement. Je ne veux pas l’effrayer.

  • Souhaitez-vous vous abriter chez moi pour la nuit ? J’habite en face. Ça fait des heures que vous êtes assise là. Il est trop tard maintenant pour rentrer à pied. Peut-être souhaitez-vous que je vous raccompagne à Perros Guirec ?

Elle se tourne vers moi et me regarde comme si elle sortait d’un songe, les yeux pleins de larmes, le visage humide.  Elle regarde ma maisonnette, se lève et sans rien dire, me suit. Sans bagage, sans rien que sa tristesse.

  • Ce n’est pas grand, mais vous serez protégée du froid et vous pourrez reprendre votre chemin demain matin.

Pas facile de discuter tout seul. Je lui présente la maison, on en a vite fait le tour, je n’ai qu’une grande pièce, une chambre et une salle de bain attenante.

Puis elle se pose devant la fenêtre et regarde la mer comme si elle ne l’avait pas assez vue pour aujourd’hui. Elle doit avoir la quarantaine, pull, jean, brune, queue de cheval. Elle  marche sûrement depuis un bon moment. Ses baskets sont épuisées.

Elle saisit le mug que je lui apporte et boit la soupe chaude, toujours face à la mer. Toujours en silence. Quelle réponse peut-elle chercher ?

La nuit est là.

Elle s’approche doucement de la cuisine :

  • Merci, murmure-t-elle.

Elle lave son bol dans l’évier. Elle ne souhaite rien d’autre.

  • Vous devez être fatiguée. Je vous ai préparé ma chambre, je vais prendre le canapé. Ne vous méprenez pas, je ne le fais pas par galanterie, pas mon genre, c’est juste que je n’ai pas l’habitude de me coucher si tôt. Vous avez des  couvertures dans le placard si vous avez froid, et je vous ai mis un tee-shirt sur le lit pour la nuit.

Elle me regarde, ses yeux sont verts. Elle me remercie d’un sourire fragile.

  • Au fait, je m’appelle Paul.

Elle ne dira pas son prénom, et comme un fantôme, elle quitte la pièce.

J’ai eu beaucoup de mal à m’endormir, trop de questions tournaient dans ma tête.

Au petit matin, je suis parti chercher du pain frais au village. Quand je suis revenu, la porte de la chambre était ouverte, sur la table du séjour, un mot. Merci.

Et puis plus rien, personne. Que la vie qui continue et reprend son cours.

hamac aux histoires

Un conte d’aujourd’hui

En cliquant sur le lien suivant, vous pourrez lire Un conte d’aujourd’hui. Une histoire pour les enfants, mais pas que, une histoire pour aborder avec eux le coronavirus, une histoire écologique.

Le conte est sans dessin afin que les enfants l’illustrent eux-mêmes au gré de leur imagination.

Si cette histoire vous plaît, vous pouvez la partager.

Bonne lecture

hamac aux histoires·sur le sofa

Pour lui

Je me plains tout le temps. C’est comme ça. C’est ma nature. Quand le réveil sonne, je me plains quand mon café est trop chaud, quand il pleut, quand je râte mon métro, dans les bouchons, au feu rouge, quand j’arrive en retard, quand j’ai trop de travail, quand je n’en ai pas assez, après mon patron, quand j’ai oublié d’acheter du pain, dans la file d’attente, à la mauvaise caisse, quand les enfants font trop de bruit, quand ce n’est pas rangé, quand c’est trop cuit, quand je me couche trop tard. Je me plains quand je fais mes bagages, quand le linge traîne, quand le téléphone sonne. Je me plains tout le temps au quotidien, presque sans m’en rendre compte.

Et là, là, confiné depuis une semaine, je pourrais me plaindre de ne pas sortir, de ne pouvoir faire des courses, de tourner en rond, de rester chez moi. Je pourrais me plaindre. Mais je pense à toi, petit bonhomme, confiné chez toi alors que ton père te bat, que ta mère s’efface de peur de s’en prendre une aussi. Confné avec ton bourreau. Plus d’école pour t’échapper, plus de copains pour t’égayer. Confiné avec lui. Comment vas-tu faire ? Comment vas-tu finir ?

Alors pour toi, je range mes plaintes et mes rancoeurs et je souris. Je souris.

hamac aux histoires

Le fléau

18h. Je rentre chez moi. Je sais qu’il est là. Au fond, dans le coin du salon. Il attend patiemment.

Pour le moment, j’ai des tas de choses à faire, vérifier les devoirs, doucher les petits, préparer le dîner, gérer les soucis, réconforter, discuter. Je n’ai pas le temps de penser à lui. Il le sait. Ce sont d’abord les enfants qu’il attend.

19h. Ils tournent déjà autour de lui. Dans le coin sombre. C’est leur heure. Juste avant de manger. Déjà son murmure  se diffuse doucement dans le calme de la maison. Pour l’instant tout est encore paisible, cela ne va pas durer. Il va bientôt engendrer du stress, de l’énervement, des désirs qui ne sont pas les nôtres, des disputes et des cris au moment de passer à table.

Il m’attendra, comme chaque soir, après le dîner quand les enfants seront couchés, quand j’aurai fini la vaisselle. Il va lentement m’hypnotiser, me faire miroiter plein de choses, m’angoisser, m’empêcher de penser par moi-même, tuer petit à petit mon libre-arbitre, nuire à mon sommeil. Et Je serai encore plus fatiguée, encore plus fragile face à lui.

20h30. Il est là dans le coin sombre de mon salon, il m’attend près du canapé. Comme chez vous. Comme chez tout le monde.

Le poste de télévision.