étagère spirituelle

Oui

7H. Se poser au jardin, cahier d’écriture et petit déjeuner.

Savourer la fraîcheur du matin. Sentir la rosée. Ecouter le concert des oiseaux au soleil levant. Observer leur vol.

Rien de mieux que le mois de mai pour se réinventer. Relancer la machine, changer d’axe. Et renaître à sa vie.

Chaque jour dire « Oui ».

« Oui » pour aujourd’hui.

« Oui » aux aléas.

« Oui » aux ressentis.

« Oui » à la vie.

étagère spirituelle·coussin poétique

Le bon moment

Quand sortir de chez soi devient pesant,
Quand s'installer à son bureau s'accompagne d'un soupir,
Quand allumer son téléphone prime sur l'ouverture des dossiers,
Quand compter les minutes avant la pause déjeuner se fait routinier,
Quand regarder les nuages par la fenêtre devient distrayant,
Quand arroser les plantes est plus épanouissant,

Alors il est temps.

Il est temps de regarder vraiment ailleurs.
Il est temps d'écouter cet appel au fond de soi. 
Il est temps de sortir de soi, de sa bulle de confort.
Temps d'écouter ses besoins, ce nouveau souffle qui nous anime, cette envie d'autre chose.
Temps d'ouvrir ses antennes, de libérer tous ses sens, de se mettre à l'affut des signes.
Temps de laisser venir, d'accueillir le changement, le renouveau, de faire confiance.
Temps de concevoir qu'une porte se ferme.

Accepter.
Prendre le temps de la fermer.

Fermer la porte.

Respirer.

Et ouvrir la nouvelle porte.

Plonger.

étagère spirituelle

Les mots

Ecoutez cette petite mélodie qui vient de loin, qui vient du cœur, du plus profond de l’Univers. Ecoutez les mots d’amour, les mots de paix, les mots de reconnaissance. Dites-les, exprimez-les, libérez-les.

Que les mots ne servent qu’à aimer, féliciter, encourager, pardonner, consoler, rassurer, conseiller, célébrer, rendre grâce, libérer.

Que vos mots soient bons. Qu’ils soient le reflet de votre âme.

Sinon, ne dites rien. Et souriez.

Non classé

Etre là

La gare. Un lieu rempli d’émotions si profondes.

TGV 8615 Paris Brest.

Un wagon rempli d’enfants, prêts au départ, service Junior et compagnie.

Un flot de parents qui attend derrière les vitres du train. Aucun parent ne dépose son enfant et quitte le quai avant le départ. Trente minutes. Tous restent.

L’amour est alors palpable, dans les mains, les regards, les dessins sur les vitres.

L’amour n’a pas de mots, n’a pas de temps.

Etre là, juste là, pour dire tout l’amour qu’on porte.

L’amour, c’est ça, être là.

coin des mamans

Un enfant

Samedi 26 février – Paris  Montparnasse – quai 7 – voiture 17

En regardant ce wagon rempli d’enfants voyageant avec Junior et compagnie, en regardant ces parents attendant le départ du train sur le quai, ces regards, ces sourires, les parents laissant partir ce qu’ils ont de plus cher, en regardant ces enfants, je me dis que ce wagon représente l’avenir du monde. Le monde de demain.

Quel monde veut-on leur laisser et aider à construire ?

Et si nous changions nos habitudes et pratiques éducatives et instructives, les humiliations, les fessées, les gifles, l’indifférence, le mépris, les petites tapes, les moqueries, l’égocentrisme, notre stress pour les refonder sur l’amour, le respect, la tolérance, le partage, l’acceptation, l’encouragement, la bienveillance, le dialogue, l’échange, l’écoute ?

Si l’enfant ne les subit pas petit, y aura –t-il recours une fois adulte ? Un enfant élevé dans la douceur deviendra-t-il un adulte blessant ?

En tout cas, cela vaut le coup d’essayer. A nous, alors adultes, parents, enseignants, de changer nos pratiques et habitudes. Si chacun fait sa part, à son échelle, si petite soit-elle, alors peut-être que le monde de demain sera plus doux que celui d’aujourd’hui.

N’attendons pas demain, ni l’autre pour nous y mettre.

Ça commence toujours par soi, ici, en cet instant.