tapis du bonheur

Rien

Se poser, enfin. S’arrêter. S’allonger. Là.

Ecouter au fond les cris et le bruit de l’eau des enfants qui jouent dans la piscine.

Se laisser caresser par les rayons du soleil qui percent à travers le branchage des arbres.

Le chant des oiseaux.

La main sur l’herbe fraîche.

L’odeur des rosiers, de l’érable, et du soleil d’été.

Les branches des arbres dans l’infini ciel bleu.

La fourmi qui nous chatouille le pied.

Et le rien.

Le rien absolu.

Le rien au ralenti.

Les vacances peuvent commencer.

étagère spirituelle

Les précurseurs du développement personnel.

Certains attribuent le début du développement personnel au XIXè ou XXè siècles. Et pourtant il n’en est rien. Si l’on regarde l’histoire de l’humanité, le développement personnel a toujours été présent : les Toltèques, les philosophes de l’Antiquité, et même Jésus. Je ne viens pas écrire un article sur du prosélytisme religieux, je respecte trop les libertés individuelles pour tenter de convaincre quiconque. Mais Jésus, dont on raconte l’histoire depuis 2021 ans (cela m’a toujours épatée qu’on ai pu, et puisse encore, autant raconter la vie d’un homme depuis tant d’années) est le premier psy de l’humanité, un des premiers hommes à faire du développement personnel, bien avant notre siècle où nous croyons avoir inventé la bienveillance et l’éducation positive : « Laissez venir à moi les petits enfants » ou encore « Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites », c’était de l’éducation positive.

Quand j’étais petite, je me disais que cet homme est un grand farfelu : qui peut marcher sur l’eau ? Qui peut multiplier des pains ? Qui peut revenir d’entre les morts ? Imaginez cet homme prononcer ces paroles il y a 2021 ans, imaginez le même homme aujourd’hui prononcer ces mêmes paroles. Il lui arriverait le même sort, quoique l’abolition de la peine de mort soit appliquée dans de nombreux pays. En tout cas, il serait dans un asile, nourri aux petites pilules colorées.

Et pourtant, ses paroles n’ont jamais autant résonné qu’aujourd’hui, dans notre société. Prenez une phrase au hasard et écoutez. Ecoutez-la vraiment. Vous pouvez entendre ce qui vous vient à l’esprit (sans jeu de mot), ou ouvrir un livre sacré à n’importe quelle page, puis imaginez cette phras, écrite juste pour vous. Pour moi ce matin, je me suis levée avec « Vas, lâche tout et suis-moi. » J’ai toujours compris cette phrase en croyant : « Vas, rentre au couvent et prie-moi toute la journée. » Mais en fait pas du tout. Pour moi elle signifie aujourd’hui : « Vas, prends ton crayon et écoute-moi. » Ce matin, j’ai donc pris mon crayon sans trop savoir ce que j’allais écrire, comme souvent d’ailleurs ; même moi en écrivant cet article, je suis déroutée.

Chaque phrase peut résonner en nous d’une façon différente. Il ne suffit pas de lire ces phrases ou d’écouter ces textes pour se donner bonne conscience, mais d’individualiser la parole, comme on le fait avec les nombreux livres sur la bienveillance qui remplissent nos étagères. Alors prenez une phrase au hasard, lisez-la et individualisez-la pour vous seul.

PS : en finissant cet article, je me suis amusée à prendre une phrase au hasard et je suis tombée sur : « Venez avec moi. » (je ne sais pas où je dois aller, mais faut vraiment que j’y aille …)

par la fenêtre

Dans une goutte d’eau

L’épaisse couche nuageuse s’en va. Depuis un mois, elle s’est installée. Là, au-dessus de nos têtes. Elle s’est posée comme une barrière entre le soleil et la terre. Depuis un mois la pluie tombe, parfois en journée continue. Le sol est trempé, partout des inondations. Tel un déluge de 40 jours. De la pluie chaque jour, comme si la nature avait eu besoin de nettoyage.

Nous étions enfermés dans nos maisons, sous nos parapluies, dans nos parkas, derrières nos masques. Hermétiques au vent et à l’eau. Méfiants de tout, de cette nature trop humide, de l’homme et ses microbes, et surtout de la vie elle-même. Murés derrière nos fenêtres à écouter par média les recommandations : vous ne devez plus sortir, vous ne devez plus vous rencontrer, vous ne devez plus vous toucher, vous ne devez plus travailler, vous ne devez plus respirer, vous devez nous écouter, vous devez rester chez vous à regarder la pluie tomber. Chacun coincé dans sa goutte d’eau.

La fin de cette couche nuageuse est bien là. Ce matin au réveil, on en perçoit très bien la délimitation, elle dessine une courbe dans le ciel. Derrière elle, le bleu du ciel, le soleil et la chaleur retrouvés.

hamac aux histoires

La porte

Elle est assise, dos à la porte. Depuis combien de temps est-elle là ? Quelques jours ? Quelques semaines ? Quelques années ? Assise.

De temps en temps, elle lève le nez, elle se redresse, regarde par le trou de la serrure, touche la poignée, la tourne, puis relâche et se rassied. Dos à la porte.

Partout sur cette porte, des mots, des dessins, des tâches noires ou colorées, autant de rêves et de désespoirs.

Il arrive qu’elle se dresse face à la porte pour hurler sa souffrance de ne pouvoir l’ouvrir, ses poings venant frapper le bois, ses larmes s’éclatant sur le revêtement. Parfois elle s’endort sur son seuil. Parfois elle écoute ce qui se passe derrière en y collant l’oreille.

Si quelqu’un vient à y frapper, elle hésite, sans jamais ouvrir.

Cette porte, sa porte, si réconfortante, si emprisonnante. Sa main, ses yeux en connaissent chaque centimètre.

Et puis un jour – pourquoi ce jour là ? – elle se lève, se met face à la porte, saisit la poignée, regarde cette poignée, la tourne, et d’un coup, d’un geste décidé, ouvre grand la porte. Face à la magnificence du monde qui s’ouvre devant elle, elle franchit le seuil, et va…

Dans la forêt

La voix des arbres – jour 3

Venez. Pénétrez notre univers. Marchez parmi nous. Arrêtez-vous quand un endroit vous plaît. Ecoutez. Regardez. Ressentez.

Choisissez un arbre, un parmi nous. Vous laissez nous approcher. Doucement. Respectueusement. Sentir votre main sur notre tronc. Vos yeux nous caresser du regard. Vous laisser vous adosser contre nous. Aspirer votre fatigue, vos angoisses et vos peurs. Et vous régénérer.

Vous payez des psys, vous claquez un budget en thérapie. Vous y passez du temps. Alors que nous, les arbres de la forêt, avons le même pouvoir d’écoute. Et nous allons même au-delà de cette écoute : nous avons le pouvoir de guérison. Nous aspirons vos doutes et vos craintes et en échange nous vous insufflons une énergie nouvelle. De la même façon que nous aspirons votre gaz carbonique pour vous redonner de l’oxygène.

Pour cela, il suffit de venir nous voir. Nous donnez un peu de temps. En choisir un parmi nous et vous poser contre lui.

Dans la forêt

La voix des arbres – jour 2

Je suis un arbre parmi tant d'arbres.
Nous sommes des millions comme vous sur la planète.
Des millions et pourtant chacun est unique, a son unicité propre comme vous. 
Vous avez votre ADN, vos empreintes digitales.
 Nous avons nos racines, notre sève, notre tronc.
Vous avez votre couleur de peau, vos cheveux, vos yeux.
Nous avons notre feuillage, notre branchage, notre écorce.
Vous avez votre passé, nous avons le nôtre.
Votre futur est menacé, le notre aussi.
Mais vous, vous pouvez faire quelque chose.
Nous nous ne pouvons que vous regarder, 
nous détruire tous, 
ou nous sauver tous. 

Vous ne vous supportez pas d'un pays à l'autre.
Nous arrivons à vire ensemble depuis la nuit des temps.
C'est pourtant simple : 
il suffit de vivre dans la simplicité,
dans la juste mesure,
dans le respect de l'autre,
dans le partage des biens.
Aidez-nous,
Aidez-vous. 
Dans la forêt

La voix des arbres – jour 1

Nous sommes là depuis la nuit des temps, depuis le commencement, avant vous. 
Avant tout autre forme de vie. 
Depuis la création. 
Quand tout a commencé.

Nous demandons le respect, le respect de nos vies, de la terre. 
Nous sommes les racines du monde sans qui rien ne peut survivre.

Vous nous arrachez pour faire des meubles, de la surproduction alimentaire.
Vous nous apportez le  bruit qui nuit à notre communication.

Laissez-nous en paix. 
Sans nous, vous n'êtes rien que des êtres assoiffés.

Nous sommes la vie. 
Si vous aimez la vie, aimez-nous aussi. 
hamac aux histoires

Un choix d’amour

Faire un choix, c’est renoncer. renoncer à une projection, une part de rêve, un bout de soi-même.

C’est accepter de remettre à plus tard. Laisser filer un chemin et en prendre un autre. Les deux se retrouveront ailleurs, plus tard. Etre là aujourd’hui pour ceux qu’on aime et qui ont un vrai besoin de nous, parce que c’est ce qui compte.

Et alors savoir pourquoi on fait ce choix. Ne pas l’oublier, ne jamais l’oublier.

Une petite histoire ci-jointe pour accompagner cette réflexion :

Merci à Marie-Laure, Pascale et Gaëlle pour l’inspiration 😊

coin des mamans·coin des petits·tapis du bonheur

Le Yes day

Yes Day - film 2021 - AlloCiné

Nous adorons passer nos vendredis soir autour d’une pizza maison et d’un film choisi ensemble. Nos enfants grandissant, nous sommes passés de Bob l’éponge aux films pour préado. C’est ainsi, qu’il y a deux semaines, nous avons regardé le Yes day, film ado américain. Le sujet du film est simple : pendant une journée, les parents doivent dire oui à tout ce que leur proposent leurs enfants. Evidemment, dans le film tout part en cacahuète.

En allumant notre téléviseur ce soir là, nous n’avions pas envisagé que la première chose que les enfants nous diraient une fois le film terminé : « Et si on faisait … un yes day ? »

Ben voyons… Ben voyons …

L’anniversaire de notre deuxième, 12 ans, tombant, encore une fois pendant le confinement, nous avons cherché une journée originale. Nous avons donc accepté ce Yes day. Les enfants étaient fous de joie. Et nous, nous prenions très peu de risques : confinement à 10 km, pas de copains, un dimanche sans magasin, pas de Mickeyland en vue. Un Yes day sous contrôle.

Les enfants avaient établi le programme, des règles pour les parents (1H maximum de téléphone par jour, dire non ou crier signifie une disqualification, si les deux parents sont disqualifiés, les enfants gagnent le droit d’avoir leu propre chaine Youtube), et nous des règles pour les enfants (limite sonore, limite en euros, pas de dégradation, pas plus d’une journée).

Ainsi avons nous passé la journée à faire du vélo, à construire un parking géant pour les petites voitures : garer toutes les voitures de la caisse, et les faire rentrer une à une le soir dans la caisse (il ne manquait que l’odeur du cuir de la voiture et les coup de gueule de mon mari, et on se croyait sur l’autoroute A13, un dimanche soir), à faire un concours de Légos (une réalisation sur le thème des méchants à créer en 30 mn), un concours de danse (je n’ai jamais vu mon mari danser comme ça), manger Mac Do à midi, et des pates carbo le soir, cuisiner un gâteau au chocolat, et finir par une soirée jeux de société.

Nous avons tolérés qu’ils n’aident pas au quotidien de la maison, 2h d’écrans dans la journée, les sauts sur le canapé, les spaghettis avec les doigts, les doubles cheeseburgers, les jeux jusqu’à minuit, l’excitation dans le salon, les disputes où nous n’intervenons pas, le vélo en tee-shirt par 9°C extérieur.

Les avantages :

  • nous avons passé 90% de notre journée avec nos enfants, sans les partager avec nos téléphones, emploi du tems, contraintes. Nous avons été entièrement présents pour eux
  • nous avons découvert que nos enfants sont super raisonnables (trop peut-être)
  • j’ai vu que ma limite première est la fatigue (jouer à 23h à Blanc Manger Coco junior devient difficile) et celle de mon mari est la nourriture (ne pas pouvoir reprendre des pâtes l’a disqualifié)
  • nous avons découvert que si nous ne les rappelons pas tout le temps à l’ordre, ils faisaient les corvées d’eux mêmes : tous les jeux sortis ont été rangés sans rien demander
  • nous avons dû modifier notre façon de parler et transformer nos phrases négatives en phrases interrogatives.
  • nous leur avons donné le pouvoir du oui
  • nous avons passé une excellente journée en famille

Les inconvénients : aucun

Petits conseils pour les parents qui souhaiteraient tenter l’aventure :

  • pour les parents joueurs, regarder le film en famille et sauter dans l’aventure ; pour les plus frileux, regarder le film avant de le montrer aux enfants (il montre la version que nous n’avons pas vécue)
  • commencer un dimanche de confinement
  • faites confiance à vos enfants et amusez-vous