étagère spirituelle·tapis du bonheur

Changer de cap

Météo : il devait pleuvoir toute la journée, et finalement, ce matin, le soleil joue avec les nuages. On se demandait ce que serait cette journée pluvieuse : jeux, peinture, dessin, visite … Le soleil est là.

Enfiler ses baskets, aller courir, puis méditer sur le sable.

Accepter les changements et profiter de chaque instant.

Profiter. Profiter du jour présent. Carpe Diem. Et ne pas quand viendra la vieillesse découvrir que je n’avais pas vécu. Ces citations qui ont et raisonnent encore tant en moi de ce chef d’oeuvre des années 80 Le Cercle des poètes disparus. Cette dernière phrase m’a tant marquée que je me suis attelée à bien remplir ma vie. Trop. Créer des écoles en Afrique, rejoindre des associations, en créer, être femme, mère de famille, instit, directrice d’école, cours de dessin, de yoga, faire et remplir, toujours plus mon emploi du temps. Etre obnubilée à ne perdre aucune seconde de ce temps si précieux qui défile à toute vitesse. Et si à vouloir remplir trop sa vie, on passait à côté ? A côté de l’essentiel ? Qu’emportera-t-on de tout ça ?

Cette année, comme chaque année, j’avais pris mes pinceaux mes carnets, je n’y ai pas touché, ils sont restés au fond de la valise.

Aller sur la plage. Se poser là face à la mer.

Juste faire le vide, le silence. Et si le bonheur, l’essentiel, était dans la contemplation du beau et du rien, dans la simplicité ?

Se poser là, face à la mer. Juste le beau, le vide, le silence.

étagère spirituelle

C’est bientôt la fin …

C’est la fin demain. Nous allons pouvoir ressortir, chacun petit à petit, en fonction de ses obligations ou de son rythme. Pour ma part, je serais bien restée encore un peu à l’intérieur, je fais partie des gens qui n’ont pas une folle envie de ressortir. Non par crainte du virus.

C’est le début de la fin, et pour aujourd’hui c’est l’heure de faire son bilan :

  • qu’est ce qui m’a vraiment manqué dans ce confinement ? les fêtes et weekend programmés entre famille et amis, le coiffeur, la forêt.
  • qu’est-ce que ce confinement m’a apporté ? de la sérénité, plus d’espace au quotidien en repensant mon aménagement intérieur, en éliminant ma maison du superflus (même si je n’ai eu le temps de faire que les chambres et la cuisine), un autre rythme, du temps pour méditer, lire, écrire, peindre, penser, un autre régime alimentaire, un enrichissement familial intense, un regard plus profond, un respect de la vie, de la planète.

Ce n’est donc pas par crainte du virus que cela va être dur de ressortir, mais parce que j’ai plus acquis que perdu.

Alors comment prolonger ces acquis, cet état dans ce nouveau quotidien qui s’ouvre à moi ?

  • garder une journée off par mois ?
  • changer de travail ?
  • résister au diktat de la surconsommation ?
  • garder du temps pour les miens et ce que j’aime faire ?

Vient à présent le temps de l’adaptation, un nouveau chemin à parcourir : apprendre à vivre avec mon essentiel.

Et pour vous ? Qu’est-ce que ce confinement vous a apporté ?