coussin poétique

Quai de gare

J’me sens bizarre à l’intérieur

quand j’te laisse sur l’quai d’la gare

j’ai mal au ventre, j’ai mal au cœur

j’ai le sourire au bord des larmes.

Pour une journée, pour une semaine,

que tu sois seul, avec tes potes,

c’est toujours la même rengaine

cette lame de fond qui, loin, m’emporte.

Tu dois grandir et je le sais

avec confiance et liberté

et je suis fière de te guider

dev’nir adulte et t’envoler.

Mais quand tu prends ta vie en main,

te regarder, te voir partir,

au fond de moi ça me déchire,

l’amour d’une mère pour son gamin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s